La vie des mineurs par Alexandre T

Autrefois, les mineurs travaillaient dans les mines que l’on appelait aussi les puits.

 Les puits, c’est le nom donné aux mines.

Puit ou mine de charbon

Pour descendre dans les mines, les mineurs utilisaient des ascenseurs que l’on appelaient les cages.

La salle des machines

Les cages ce sont les grands ascenseurs à câbles.

Ils servaient pour remonter les wagonnets remplis de charbon.

Wagonnets tirés par des chevaux

Wagonnet

Ils permettaient également de descendre et remonter les mineurs. La vie des mineurs était très difficile parce que dans les galeries il y avait des rats. C’était même une vraie calamité pour eux.

La vie difficile des mineurs

Avant les enfants travaillaient dans les mines. Ils poussaient des wagonnets et leur vie était très dure.

Le travail des enfants dans les mines

Les mineurs se faisaient des fois mordre par les rats pendant leur pause casse-croute.

Oh j’allais oublier les mineurs faisaient leur pause casse-croute dans les galeries. Quand les mineurs travaillaient dans les mines , ils prenaient des risques. Dans les mines il y avait du gaz très dangereux.

La moindre étincelle et le gaz explosait. On appelait cela les COUP DE GRISOU !

Coup de grisou

Les coups de grisou étaient mortels pour les mineurs. Ca faisait s’écrouler les galeries.

Un mineur au travail

Mais heureusement les mineurs se servaient des canaris comme détecteur anti gaz , autrement dit “coup de grisou”. Je vais vous expliquer. Les mineurs se servaient des canaris pour détecter le gaz. Les canaris sont sensibles au gaz et ils peuvent même mourir à cause du gaz. Quant le canari meure, ça prévient les mineurs avant les coups de grisou.

Grâce à ça , les mineurs sont évacués juste à temps.

Wagonnet tiré par des chevaux

Vous êtes en train de vous demander comment je sais tout ça ?

Parce-que j’ai un aïeul, mon arrière grand-père qui est mon gros papy et qui était un mineur. J’ai aussi sa lanterne de mine chez moi.

La lanterne de mon grand-père

En dessous de la lanterne, il y a le nom de mon grand-père et les puits où il a travaillé.

La salle des pendus, c’était la salle où les mineurs accrochaient leurs affaires.

La salle des pendus

Les mineurs après leur journée de travail se douchaient. C’était des grandes douches collectives. C’était des modèles de douches anciennes avec des chaînes.

Les douches collectives

Mon gros-papy s’appelait René Christophe Alexandre Tardy.

Alexandre Tardy